Faisons vivre l'esprit village

Cérémonie du 11 Novembre 2020

Tenant compte des mesures sanitaires actuelles, ce matin, une gerbe a été déposée devant le monument aux morts par Monsieur le Maire Denis Linglin, Madame la 1ère adjoint Catherine Moine, et Monsieur Claude Favre, représentant des anciens combattants.

DISCOURS DE MONSIEUR LE MAIRE :

Nous vivons une drôle d’époque :

• Des extrémismes nous font la guerre,

• Notre société humaine découvre qu’elle fait souffrir notre planète au point de se mettre en danger elle-même : réchauffement climatique et dégradation du biotope pour ne citer que les deux principaux effets.

• Notre modèle économique mondial creuse les inégalités en privilégiant l’argent et le pouvoir à l’humain. La guerre économique, qui a remplacé la guerre « traditionnelle », sévit partout, ou presque.

• Et, cerise sur le gâteau, une pandémie vient gravement perturber nos sociétés.

Petit détail : la pandémie perturbe aussi notre cérémonie habituelle et je m’adresse à vous par internet.

Mais aujourd’hui, dans ce contexte morose, nous célébrons d’autres événements tragiques, 102 ans après ce 11 novembre 1918 où le monde put commencer à découvrir l’ampleur de blessures que l’ardeur combattante avait occultée :

Des millions de morts.

Des millions de blessés et mutilés.

Des millions de veuves.

Des millions d’orphelins.

Des millions de victimes civiles.

Et plus d’un milliard d’obus tirés sur le seul sol de France.

Le champ de bataille ne s’est pas limité à notre seul pays et de jeunes hommes venus d’un grand nombre de régions de tous les continents sont venus mourir chez nous ou ailleurs dans des villages dont ils ne connaissaient même pas le nom.

C’est cela la réalité de cette première guerre mondiale.

Mais souvenons-nous : nos aînés se sont battus ou ont donné leur vie par patriotisme, pour un idéal. Il n’y avait pas l’égoïsme d’un peuple qui n’aurait regardé que ses intérêts.

Cet égoïsme qui a pour nom nationalisme, populisme, extrémisme.

Car le patriotisme est l’exact contraire de tous ces mots.

En disant « nos intérêts d’abord et qu’importent les autres ! », on gomme en effet ce qu’une Nation a de plus précieux, ce qui la fait vivre, ce qui est le plus important : ses valeurs morales.

Chez nous, on explicite ces valeurs au travers de la déclaration européenne des droits de l’homme et on les résume sous la trilogie « liberté, égalité, fraternité ». On retrouve aussi ces mêmes valeurs dans la plupart des religions.

Malheureusement, et on ne peut l’occulter, il faut bien qu’il y ait toujours des enjeux de pouvoir ou d’argent qui incitent certains à entraîner leurs peuples dans la guerre, sous couvert d’idéal ou de patriotisme. Et la guerre de 14-18 n’y a pas échappé.

Dès 1918, nos prédécesseurs ont tenté de bâtir la paix, ils ont imaginé les premières coopérations internationales, ils ont démantelé les empires, reconnu nombre de Nations et redessiné les frontières ; ils ont même rêvé alors d’une Europe politique. Mais l’humiliation, l’esprit de revanche, la crise économique et morale ont nourri la montée des nationalismes et des totalitarismes. La guerre de nouveau, vingt ans plus tard, est venue ravager les chemins de la paix.

Alors oui ! Si tout le monde mettait en pratique les valeurs morales universelles, qu’est-ce-que ça irait mieux !!

Imaginons une minute : 100% de fraternité partout ! Mais alors, si on est fraternels, c’est que l’on veut pour les autres la même liberté et la même égalité que pour soi-même. Que se passerait-t-il donc ?

• il n’y aurait plus de guerre, plus d’extrémisme,

• on arrêterait l’usage des énergies fossiles qui sont la cause principale du réchauffement et qui va menacer la vie de plus d’un milliard d’humains,

• on arrêterait la dégradation de notre biosphère, car la planète est notre maison commune, on n’en a pas d’autre.

• on arrêterait la guerre économique qui, entre autres, génère ou entretient des famines qui ont fait en un siècle plus de morts que la première guerre mondiale.

• on aurait un système de santé capable de mieux faire face à une pandémie au lieu de dépenser des milliards dans des médicaments souvent peu efficaces, voire inutiles ou dangereux.

Prenons conscience de tout cela et œuvrons chacun pour un monde « meilleur », plus fraternel.

Merci de m’avoir lu, pensez-y-en ce 11 novembre si vous passez devant le monument aux morts fleuri pour l’occasion, lors de cette « promenade autorisée de moins d’une heure et moins d’un kilomètre » et prenez soin de vous.

Denis Linglin

Le centre sportif

La mairie

Coordonnées

Place de la mairie
01630 SERGY
Tél: 04 50 42 11 98
Fax: 04 50 42 14 57
E-mail: mairiesergy.fr
Suivez nous sur Facebook

Ouverture

Lundi14h-18h
Mardi9h-12h / 14h-18h
Mercredi9h-12h
Jeudi9h-12h / 14h-18h
Vendredi14h-17h

retour en haut